Légende urbaine : Les agrumes dans le compost…

Si mon compost est acide, c’est parce que j’y ai mis du résineux ou des agrumes !

Là encore, un petit peu de connaissances sur la chimie du compost montre un tout autre visage que cette certitude lancée à la cantonade… qui dit surtout qu’on ne comprend pas ce qui se passe dans notre compost. En réalité, le compost connait effectivement un passage acide en dessous de pH 7 pendant quelques jours, lors d’un démarrage de fermentation. Mais très rapidement, le dégagement d’ammoniac qui accompagne invariablement un compost en action provoque une remontée du pH au dessus de 7, et dès lors, le compost reste dans une fourchette entre 7,2 et 8,5. Quel est l’impact des agrumes sur mon compost ?

Alors, d’où vient la certitude qu’un compost est acide ?

PH dans le compost
PH dans le compost

Si le compost ne se fait pas correctement, et qu’il contient majoritairement des composés azotés très rapidement dégradables, cette dégradation se produit sans présence d’air, et donne vite des jus, qui eux sont acides, effectivement. Mais là, ce n’est plus du compost, c’est de la pourriture qui s’établit dans un milieu sans air (dit aussi anaérobie). Les bactéries qui transforment la matière ne sont pas les mêmes, et celles là génèrent des transformations de la matière en nitrites, hydrogène sulfuré, méthane… tous synonymes d’odeurs pestilentielles. Et de surcroit, c’est oublier que dans les forêts et en montagne, les résineux qui tombent au sol finissent toujours par redonner une litière d’humus. La structure de la lignine des résineux est simplement plus coriace que celle qui compose les feuillus, d’où un temps plus long pour composter du broyat de résineux.

Le cas des agrumes est un cas d’école.

agrumes dans un compost
Des agrumes dans un compost, est-ce possible ?

On croit que l’on ajoute de l’acidité au compost quand on met des agrumes dans son compost. Mais en réalité, les sucres qui composent la majorité du fruit sont très rapidement dégradés (et leurs liaisons chimiques cassées), et en aucun cas ils ne se recombinent pour composer des molécules acides. Ainsi donc, l’on peut mettre des agrumes sans crainte, du moment (comme pour n’importe quel produit que l’on y met) qu’on ne met pas de grosses quantités d’un seul coup.

Quand à l’idée reçue qu’on peut y mettre de la terre…

Reprenons les choses dans l’ordre. Le but du compost est d’offrir un amendement organique. Or, la terre, c’est minéral, essentiellement. La terre, c’est le résultat de la minéralisation de l’humus par des bactéries spécifiques présentes dans le sol.

Processus de compostage
Processus de compostage

Donc, la terre ne viendra pas améliorer ni changer la nature du compost. De plus, la terre humide finit toujours par former des poches ou des plaques lourdes qui asphyxient le compost et ruinent son processus aérobie. La terre pose donc problème par sa simple présence dans un compost. Une poignée ou deux maximum, si l’on pense que sa terre est riche en micro-organismes et qu’elle peut servir à « ensemencer » le compost. Mais à ce compte, on préférera utiliser une ou deux poignées de compost bien mûr ; plus efficace.

2 réflexions au sujet de « Légende urbaine : Les agrumes dans le compost… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *